Si vous êtes à risque élevé de cancer du sein, l’une de vos options de gestion de votre risque consiste à subir des dépistages réguliers. Le dépistage emploie des techniques d’imagerie médicale pour examiner les tissus à l’intérieur de vos seins. Le dépistage ne réduit pas le risque de cancer, mais il peut aider à le détecter, souvent à un stade précoce. Si le cancer est détecté assez tôt, les chances sont meilleures de le traiter avec succès. L’accès au dépistage et l’âge recommandé pour commencer à le subir peuvent varier selon l’endroit où vous vivez.


Techniques de dépistage

La stratégie de dépistage du cancer du sein recommandée pour les femmes ayant une mutation génétique BRCA comprend l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la mammographie.

MAMMOGRAPHIE

Une mammographie est une radiographie de vos seins. C’est la méthode standard utilisée pour le dépistage du cancer du sein. Une mammographie peut détecter un cancer du sein avant l’apparition de symptômes. Pendant une mammographie, vos seins sont lentement compressés par un appareil spécialisé en vue d’obtenir l’image la plus claire possible. Cela peut s’avérer inconfortable mais ne devrait pas être douloureux.

Quand devrais-je subir une mammographie?

Si vous êtes à risque élevé de contracter un cancer du sein, vous devriez habituellement subir une mammographie par année. Selon l’endroit où vous vivez, vous pourriez commencer à subir des mammographies dès l’âge de 30 ans, ou de 5 à 10 ans plus tôt que l’âge du premier diagnostic de cancer du sein dans votre famille. Les directives varient d’une région à l’autre du Canada quant à l’âge du début et de la fin du dépistage chez les personnes à risque élevé. Votre médecin peut vous renseigner sur les recommandations s’appliquant à votre cas et vous fournir une référence.

Pour en savoir plus sur la mammographie


IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (IRM)

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est habituellement recommandée en plus de la mammographie pour les femmes à risque élevé de cancer du sein. Une IRM utilise un champ magnétique et des ondes radio pour créer des images détaillées des tissus de vos seins. Une IRM de vos seins est réalisée par des radiologues ou des technologues en radiologie.

Quel est le degré d’efficacité de l’IRM pour détecter un cancer?

L’IRM est plus sensible qu’une mammographie dans la détection d’un cancer du sein chez une femme porteuse d’une mutation BRCA. Elle détecte plus facilement des cellules cancéreuses dans des tissus mammaires denses (le tissu mammaire est habituellement plus dense chez les femmes préménopausées). L’IRM n’est toutefois pas aussi précise que la mammographie pour établir une distinction entre les anomalies cancéreuses ou non. L’IRM ne permet pas non plus de détecter les minuscules dépôts de calcium dans les seins (calcifications) qui peuvent signaler un cancer. C’est pour ces raisons que l’on recommande à la fois l’IRM et la mammographie en cas de risque élevé, afin d’avoir la meilleure image possible des tissus mammaires.

Quand devrais-je subir une IRM?

Si vous êtes à risque élevé de contracter un cancer du sein, vous devriez subir une IRM une fois par an. Selon l’endroit où vous vivez, vous pourriez commencer à subir des mammographies dès l’âge de 30 ans, ou de 5 à 10 ans plus tôt que l’âge du premier diagnostic de cancer du sein dans votre famille. Les directives varient d’une région à l’autre du Canada quant à l’âge du début et de la fin du dépistage chez les personnes à risque élevé. Votre médecin peut vous renseigner sur les recommandations s’appliquant à votre cas et vous fournir une référence. L’IRM n’est pas disponible partout au Canada comme technique de dépistage.

 

Comment se passe une IRM?

  1. Juste avant de subir une IRM de vos seins, vous devrez retirer tout bijou, lunettes, barrettes ou autre accessoire en métal que vous portez. Vous devrez peut-être revêtir une jaquette d’hôpital si vos vêtements ont des boutons ou agrafes en métal.
  2. Une perfusion intraveineuse sera insérée dans votre main ou votre bras. Au début, la perfusion contient une solution saline. Vous pouvez ressentir une sensation de fraîcheur lorsque la solution commence à perfuser. On ajoutera par la suite un agent de contraste à la perfusion.
  3. Vous serez couchée à plat ventre sur une table rembourrée comprenant deux trous pour vos seins. Voir l’illustration ci-dessus.
  4. La table sur laquelle vous êtes couchée va ensuite glisser dans un appareil d’IRM en forme de tunnel. Vous devrez demeurer immobile pendant presque toute la durée de l’examen qui prendra de 30 à 60 minutes.

Comment dois-je me préparer pour une IRM?

 

Avant de vous prescrire une IRM, votre médecin va vous demander si vous avez des implants métalliques ou des fragments de métal dans votre corps. L’appareil d’IRM crée un puissant champ magnétique et peut causer de graves problèmes à certains implants métalliques. Il arrive que des personnes ayant des implants tels des stimulateurs cardiaques, des pinces d’anévrisme ou des stérilets ne puissent pas subir d’IRM.

Le jour de votre IRM, vous ne devez pas porter de bijoux, de pinces à cheveux ou d’autres objets en métal. Vous pourrez peut-être garder vos propres vêtements dans l’appareil d’IRM s’ils sont dépourvus de boutons ou d’agrafes en métal.

Pendant l’examen, vous allez vous retrouver dans un espace étroit et partiellement clos. Si vous êtes claustrophobe (vous avez peur des petits espaces fermés), dites-le à votre médecin avant d’aller à votre examen. Votre médecin peut vous prescrire un sédatif (médicament) pour vous aider à relaxer.

Que ressent-on pendant une IRM?

L’appareil d’IRM crée un champ magnétique autour de vous, et des ondes radio sont dirigées vers votre corps. Vous ne sentirez ni le champ magnétique ni les ondes radio. Toutefois, l’appareil produira des claquements et des cognements très sonores tout au long de l’examen.

L’IRM est-elle sécuritaire?

Le champ magnétique d’une IRM n’a aucun effet néfaste. Certaines femmes peuvent avoir une réaction allergique à l’agent de contraste utilisé. Cet agent de peut également causer des complications si vous avez des problèmes de reins ou de foie, ou si vous êtes enceinte – dans ces cas, l’IRM peut être réalisée sans agent de contraste.


Dépistage des seins et anxiété

Même si un examen de dépistage du cancer du sein ne devrait pas avoir d’impact majeur sur votre vie quotidienne, la planification et la participation aux examens réguliers peuvent engendrer stress et anxiété.

Melissa, Tori et Farah parlent du dépistage du cancer du sein

Lire la transcription

“C’est le dépistage qui m’occupe le plus l’esprit. Il me semble qu’il y a toujours une petite voix dans ma tête qui me dit, ‘Tu as de bonnes chances de contracter un cancer, un jour.”

Tori
C’est normal de se sentir inquiète ou craintive avant son examen de dépistage du cancer du sein. Après avoir appris qu’elle portait la mutation génétique BRCA, Tori songeait souvent au dépistage. Comme Tori, plusieurs femmes sont anxieuses à l’idée que leur prochain examen sera celui où l’on découvrira un cancer. Cette crainte se dissipe habituellement après l’obtention de résultats normaux.

Si vous trouvez difficile de gérer le cycle de crainte et de stress que peut causer le dépistage, vous trouverez peut-être utile d’en savoir plus sur les façons de faire face à la situation.