«J’essaie de rendre les jours de chimiothérapie le plus positifs possible. Je m’offre un café de luxe ou une soupe exotique. Cela me donne un but pour la journée (tout en augmentant mon apport hydrique)!»

Il est bouleversant d’apprendre que les traitements vont durer jusqu’à la fin de votre vie, particulièrement quand vous commencez à penser aux effets secondaires possibles. Vous avez peut-être déjà vécu auparavant des traitements difficiles. La longue liste des symptômes et effets secondaires est éprouvante à lire. Chaque personne réagit différemment et vous ne subirez probablement pas tous les effets secondaires énumérés dans la liste. Et ils ne vous rendront peut-être pas trop malade. Même si vous avez déjà subi des effets secondaires lors d’autres traitements, les avancées de la médecine vous offrent peut-être aujourd’hui de meilleures options. Obtenir de l’aide pour gérer vos symptômes peut améliorer votre qualité de vie.

Avant le traitement, demandez à votre équipe comment vous pouvez minimiser ou prévenir les effets secondaires. Ensemble, vous pouvez élaborer un plan optimal pour les gérer et les contrôler. Il est parfois difficile de faire la différence entre les symptômes des effets secondaires du traitement et ceux de la maladie. Prenez note des effets que vous subissez et parlez-en à votre équipe de soins de santé.

Il peut être utile de tenir un registre de ce que vous vivez avant, pendant et après chaque traitement, en notant l’apparition d’effets secondaires. Inutile de souffrir en silence. Parlez ouvertement de ce que vous vivez avec votre équipe de soins. Ces personnes sont les mieux placées pour vous aider si vous leur décrivez précisément ce que vous ressentez.

La prise en compte d’éventuels effets secondaires fait partie intégrante de vos décisions en matière de traitement. Il faut en soupeser le pour et le contre. Les effets secondaires peuvent varier selon les médicaments que vous recevez et selon votre niveau de tolérance. Vos antécédents médicaux et votre état de santé actuel ont également un rôle à jouer. Votre équipe de soins de santé va évaluer votre risque de développer des effets secondaires et faire des recommandations en ce sens. Après avoir discuté avec votre équipe, vous devrez prendre une décision quant à votre plan de traitement.

Diverses thérapies complémentaires peuvent vous aider à gérer les effets secondaires. Vérifiez auprès de votre équipe de soins avant d’entreprendre des thérapies complémentaires, car certaines d’entre elles peuvent perturber vos traitements. (Voir la section Approches intégrées et complémentaires à vos soins.)

D’autres femmes sont passées par là et ont probablement vécu des effets secondaires semblables aux vôtres. Les groupes de soutien de votre région et des ressources comme Willow sont de bons endroits où obtenir des conseils pratiques de la part de femmes qui ont trouvé des façons de mieux vivre avec les symptômes et les effets secondaires d’un cancer du sein métastatique.

Si vous recevez une chimiothérapie, vos cheveux vont probablement tomber ou s’amincir . Si vous recevez une radiothérapie pour traiter des métastases au cerveau, vos cheveux vont probablement tomber ou s’amincir dans la région traitée. Il peut s’avérer traumatisant de perdre ses cheveux. Vous voudrez peut-être adopter une coupe de cheveux très courte avant le début de votre traitement de chimiothérapie, afin de réduire ce traumatisme. Cela peut également vous donner un sentiment de contrôle sur la situation.

La fatigue peut être une conséquence physique du cancer ou une réaction au traitement. Nous vous recommandons d’écouter votre corps et de suivre votre rythme. Vous pouvez répondre «non», ou «pas maintenant» à certaines demandes pour économiser votre énergie. Si l’anémie (un faible taux d’hémoglobine) est la cause de votre fatigue, on vous prescrira peut-être un remède pour traiter cette condition. La fatigue peut aussi être liée aux effets psychologiques d’un cancer, auquel cas des travailleuses sociales et des psychologues seront en mesure de vous aider. L’exercice est également un moyen efficace de lutter contre la fatigue.

Les médicaments, la radiothérapie et diverses thérapies complémentaires sont utilisés pour gérer la douleur. Si elle n’est pas traitée de manière efficace, la douleur peut causer de la fatigue et d’autres symptômes. Si votre médecin ne réussit pas à vous aider à gérer la douleur, il se peut qu’elle ou il vous réfère à quelqu’un de spécialisé dans ce domaine. Tenez un registre de la fréquence et de la gravité de vos accès de douleur. Votre équipe de soins de santé doit savoir ce que vous ressentez pour vous aider à bien gérer la douleur.

Si vous êtes inquiète des effets des médicaments antidouleur, ou du fait qu’ils cesseront d’être efficaces après un certain temps, partagez vos craintes avec votre équipe de soins. Votre objectif – et celui de votre équipe – consiste à contrôler votre douleur le mieux possible, la plupart du temps.

Nausées, vomissements, diarrhée, constipation et ulcérations buccales peuvent se produire durant la chimiothérapie. Votre équipe de soins vous expliquera comment atténuer ces effets secondaires. Il est préférable de vous en occuper dès le début du traitement plutôt que d’attendre qu’ils ne s’aggravent. Les nausées d’anticipation sont fréquentes et souvent déclenchées par un lieu ou une occasion particulière. Par exemple, le simple fait d’entrer dans l’édifice où vous recevez vos traitements peut provoquer de l’anxiété. Parlez-en avec votre équipe de soins, qui vous recommandera peut-être des techniques de relaxation ou des médicaments pour atténuer ces symptômes.

La neutropénie est le nom donné à un faible taux de globules blancs. Votre corps a besoin de globules blancs pour lutter contre les infections. Le nombre de globules blancs dans votre sang sera surveillé pendant le traitement afin qu’il ne chute pas à un niveau inacceptable. Une fièvre, même légère, annonce habituellement une infection. Signalez immédiatement tout changement de votre température à votre équipe de soins. Si vous devenez fiévreuse pendant une fin de semaine, ou durant un voyage, rendez vous immédiatement à l’urgence d’un hôpital.

Vous pouvez être affectée par un manque de concentration et des changements cognitifs, y compris des pertes de mémoire et une incapacité à penser clairement. Les causes peuvent être physiques ou émotionnelles, liées ou non au traitement. La fatigue, la neutropénie, l’anémie, l’anxiété, la dépression et même la colère peuvent contribuer à embrouiller vos idées. Tous les problèmes liés à la concentration doivent être signalés à votre équipe de soins de santé.

L’anxiété et l’insomnie peuvent nuire à vos activités quotidiennes. Il existe divers médicaments pour contrer ces problèmes. Des techniques de relaxation (yoga, tai-chi, méditation, etc.) peuvent également être utiles.

Certains médicaments utilisés en chimiothérapie peuvent endommager les nerfs, soit une condition appelée neuropathie périphérique. Les premiers symptômes en sont un fourmillement ou un engourdissement dans les mains et les pieds. Cette condition peut ensuite évoluer en une douleur ou un inconfort chronique. Si cela vous arrive, parlez-en immédiatement à votre médecin. Une intervention hâtive permet souvent de gérer la neuropathie de façon efficace